mercredi 28 mars 2007

Séminaire sur la fiction SF

Assisté cet après-midi à une conférence de deux heures sur l'écriture de la science-fiction, le passage de la métaphore à sa réification et son application à la science-fiction ou, plus exactement car Irène Langlet qui présentait cette conférence-débat a une vision spécifiquement "anticipation (scientifique)" de la SF, aux romans d'un avenir possible. Je reviendrai sur ce débat après avoir mis à jour notes et photos...

Soirée fantastique à la Cantada

Malpertuis, une nouvelle maison d’éditions fantastiques

Pour la parution des premiers volumes de leurs nouvelles collections et leur nouvelle maison d’éditions Malpertuis, Christophe Thill et Thomas Bauduret recevaient hier soir 27 mars 2007 à la Cantada, bar rock du 11° arrondissement de Paris (la vente de boules Quiès devrait être prévue ;)) par contre les vins (et les bières, pour ceux qui aiment) sont bons).
Les deux premiers volumes parus sont "Le Roi en jaune" de Robert Chambers, un recueil de nouvelles apprécié par les amateurs de fantastique et duquel se sont inspirés maints auteurs, par exemple Lovecraft et MZB), et une anthologie présentée par Anne Duguel, Parfums mortels.
La soirée comprenait la projection d'une adaptation d'une des nouvelles de Chambers, le Signe jaune; très joli film bourré, donc, de références classiques (Aldones et Camilla...)
Une maison d'édition à suivre...

lundi 26 mars 2007

Cela concerne aussi la SF: la censure policière

C'est Yann Minh qui transmet l'info sur son forum, je retransmets:
Plus d'info ici

http://noozone.free.fr/noocrypte/viewtopic.php?p=691#691

samedi 24 mars 2007

Conférence-débat au Palais de la découverte le 24 mars 2007

Y participaient Francis Berthelot, Gérard Klein, Sylvie Allouche, Laurent Génefort

Le titre en était "La modification du corps dans les littératures de l’imaginaire"

La conférence a débuté par un exposé détaillé de Francis Berthelot sur les différentes formes que peut prendre le récit suivant quatre paramètres de base, le sujet, l’agent, le processus et le produit, avec de nombreux exemples pour montrer qu’Ovide a, dans ses Métamorphoses, décliné ces différents paramètres de plusieurs façons, et comment la SF a multiplié les possibilités.

A suivi un exposé de Gérard Klein plutôt centré sur la science-fiction française, c.a.d. essentiellement les auteurs postérieurs à 1950, sans oublier toutefois Maurice Renard ou Jacques Spitz.

Sylvie Allouche, en citant un certain nombre de classiques ou d’œuvres de Greg Egan, a mis en évidence les différents types de transformations et leurs implications philosophiques, psychologiques, sociétales.

Enfin Laurent Génefort a insisté sur l’utilisation des transformations du corps dans des situations de space-opera.

Le débat a porté tant sur les relations entre SF et science, les deux points de vue du scientifique et du littéraire, et le fait que le problème est souvent plutôt lié à la technologie, à la pratique, qu’à la science, que sur les implications sociales, les inégalités entre riches et pauvres comme dans l’attitude face aux vaccinations, l’intervention des traditions et idéologies comme dans le cas du foeticide asiatique des embryons féminins, les cas où se pose le problème de la tolérance des différences et des nouveautés…

Enfin quelques questions ont porté sur la situation de la SF vis-à-vis de la « littérature », vis-à-vis de la prospective dont Gérard Klein a souvent rappelé le rôle, vis-à-vis de la politique.

Un débat qui, pour un habitué de la SF, apportait plus une mise au clair et en forme des idées que des informations nouvelles, mais qui présentait certainement un intérêt prononcé pour le non-spécialiste.

vendredi 23 mars 2007

Un séminaire rue d'Ulm le 28 mars

PROCHAINE SÉANCE du séminaire de recherche "De la figure à la fiction"
Mercredi 28 mars,16-18h, ENS, 45 rue d'Ulm, salle Beckett
Irène Langlet (Rennes II): La science-fiction, fictions et figures

Présentation : « De la figure à la fiction »
Séminaire de recherche commun du GDR « Fiction » (EHESS, ENS, Paris I, Paris VII, sous la direction de Jean-Marie Schaeffer). Responsables du séminaire : Michel Murat (Paris IV-ENS), Marielle Macé (CNRS-EHESS).

Le séminaire emprunte son titre à une étude récente de Gérard Genette, qui propose de comprendre la figure comme une fiction en germe ou en miniature, et la fiction comme le développement d'une figure prise à la lettre.
Ce rapprochement permet en premier lieu d'aborder sous un angle original des questions relatives à la représentation en littérature. Il invite à comparer deux opérations mimétiques conçues comme deux types de modélisation, et donc à réexaminer les théories centrées sur les notions de modèle, d'analogie et de ressemblance ; il ouvre des vues nouvelles sur le dédoublement de la poétique et de la rhétorique chez Aristote, ou sur les sémantiques du récit et de la métaphore chez Ricour.
Introduisant d'autre part une gradualité dans la fiction, il pose la question de la mimèsis en termes de consistance et de quantité : les figures d'analogie travaillent non seulement avec des objets mais avec des situations, des états de choses, des scénarios impliqués dans des schémas actantiels. Se demander dans quels cas une métaphore produit une histoire, ou comment on passe d'une figure par substitution à un véritable « milieu de fiction », c'est se donner les moyens de surmonter le clivage supposé entre poésie et récit, et de relire une grande partie de la poésie moderne, de Mallarmé au surréalisme.
La fiction romanesque est aussi concernée : le réinvestissement de l'exemple et du cas rhétorique, le rôle de la métamorphose dans la fable, la variation du rapport entre allégorie et fiction de la Renaissance à l'âge classique ; la miniaturisation du romanesque, le refuge ou le reflux de la fiction dans la diction, pour la littérature contemporaine, suffisent à montrer que le rapport fiction/figure fournit un cadre à l'histoire du roman.
On s'intéressera enfin aux modes implicites de validation du discours scientifique. La rhétorique du savoir superpose souvent procédés figuraux et invention de scénarios ou passage à la fiction ; la qualification « littéraire » peut servir d'argument à une disqualification cognitive. Des opérations mimétiques telles que les métaphores à usage semi-conceptuel, les comparaisons transformées en hypothèses, les « univers de diction », doivent être abordées, sans préjugés, dans leurs enjeux épistémologiques.

Anne Besson

OVNI

http://fr.news.yahoo.com/22032007/202/soucoupes-volantes-la-france-devient-le-premier-pays-ouvrir-ses.html

mercredi 21 mars 2007

Films SF ou assimilés au Max Linder Panorama

Le Max Linder Panorama est une très jolie salle située au n°42 (pas de commentaire) du Boulevard Poissonière à Paris. Ce trimestre, les films de SF ou assimilés (fantastique, BD, etc...) se succèdent à haute dose:
Depuis aujourd'hui 21 mars, en copie NUMERIQUE, Les 300, d'après Frank Miller

Demain soir à 20.30, séance exceptionnelle avec Michel Gondry de La Science des rêves

Le 17 avril, dans le cadre de Ciné Mardy, Alien (avec des invités surprise)

Le 22 mai, dans le cadre de Ciné Mardy, Monty Python Sacré Graal (avec des invités surprise)

Et je ne retrouve pas les deux autres films au programme, courant avril, et courant mai (Spider
man)...
Pour les amateurs d'UGC, la carte UGC est acceptée hors séances spéciales
A suivre
Site du Max Linder:

http://www.maxlinder.com/

samedi 17 mars 2007

Un bouquiniste partiellement virtuel

Bruno Commarmond est souvent sur les quais, quai Malaquais, en face du début de la rue Bonaparte et des Beaux-Arts. Ceci étant, comme les livres de SF ne trouvent que rarement preneur sur les quais, surtout quand ils sont vendus à des prix raisonnables et non abusifs, il a ouvert un site de vente, dont voici l'URL: http://www.les-bouquinistes.com/
Allez le visiter, il en vaut la peine...

jeudi 15 mars 2007

Fermeture de la librairie Actualités

Eh oui, hélas, la librairie de Pierre n'aura pas survécu longtemps à son créateur; le propriétaire ne renouvelle pas le bail à James qui avait repris cette librairie indispensable aux amateurs de livres philosophiques ou politiques, de comics américains, et aussi de science-fiction.
James vend avec rabais les livres qui lui restent; allez donc lui rendre visite et lui témoigner votre sympathie, et profitez-en pour dénicher les perles qui restent encore dans la boutique.
L'adresse: Rue Dauphine, Paris VI°, M° Odéon
Dépéchez-vous: fermeture définitive le 7 avril...
Georges

mercredi 14 mars 2007

Africa Paradis

Pour ceux qui ne l'ont pas encore vu: Vendredi 16 mars, séance de 20h20 suivie d’un débat avec le réalisateur et l’équipe du film
Je rappelle l'adresse: Espace Saint-Michel, place éponyme, métro homonyme... :P
http://cinemasaintmichel.free.fr/horaires/frame.htm

mardi 13 mars 2007

Enigmidia Luminux

Une vidéo de Paulo R. C. Barros sous-titré Un voyage en psychédélie.
http://www.youtube.com/watch?v=ThMMLUw_Rtw

Africa Paradis

Vu hier soir ce film béninois, plutôt satirique que SF:
http://africa.paradis.free.fr/
Pour l'amateur de SF, il pose un problème non négligeable de classement: est-ce une anticipation ou une uchronie? Il se présente comme une anticipation, les images d'Europe sont pure anticipation et même présentent un avenir possible; en revanche l'attitude des Africains manque, systématiquement, de toute vraisemblance dans notre espace-temps, du fait de l'absence totale de référence à la colonisation et à l'exploitation passée de l'Afrique par les Européens; quant aux USA, ils ne sont évoqués qu'à travers le drapeau des Etats-Unis d'Afrique; mais le discours des différents africains, que ce soient des partisans de l'égalité des immigrés ou des nationalistes, est tellement symétrique du discours actuel en Europe qu'il en devient invraisemblable dans un contexte post-actuel: les reproches faits ou contestés aux blancs sont exactement les arguments employés par les racistes ou anti-racistes actuels, et sont donc incompatblres avec le fait que l'Europe aurait été autrefois dans cet univers l'Europe développée que nous connaissons.
Vue comme une satire, l'histoire est très jolie, en particulier les mésaventures du jeune français qui est allé chercher fortune en Afrique et qui perdra dans l'affaire la seule chose qu'il avait, sa compagne; comment la dite compagne deviendra l'amie d'un leader africain pro-intégration très bien joué par le réalisateur Sylvestre Amoussou, elle aura trouvé ce paradis que lui avait promis son compagnon et qui va lui échapper.
Bref un film qu'il faut se dépécher d'aller voir dans les quelques cinémas qui le projettent ou d'exiger que les autres cinémas le projettent....
A voir au Cinéma Espace Saint Michel à Paris

samedi 10 mars 2007

L'éthique des roboticiens

Bon, parce que les infos sont en anglais sur le site BBC, j'ai réagi en anglais aussi...
http://news.bbc.co.uk/2/hi/technology/6432307.stm
Ma réaction, postée sur leur site:

The question of introducing ethics in robotics has recently been debated in South Korea.

But do not mistake the presently debated, actual question, with the old science fiction Asimov’s Three Laws of Robotics.

Because the ethical question is twofold, and the first part, i.e. ethical laws which should be imposed to intelligent, fully aware, robots in their relation with humans, is not at the order of the day, as long as robots are to be programmed to act, and will have no other choices in their actions than the already programmed ones. The second side of the question, the one which is already at stake, is the treatment of robots by their users, the ethics in programming. How the robots react with their user and with other humans is still fully under the programmer’s responsibility. What is ethical programming? Do machines have rights not to be misused, as well as they have obligations to perform what they are programmed to do? Here is the question, and this one is not fiction, or faraway future, it is already necessary to look at the problem. And when a robot harms people, does the robot have any part of responsibility, particularly when the robot has been built to harm people (military robots)?

vendredi 9 mars 2007

Une soirée chargée

Eh oui, hier il m'aurait fallu me dédoubler pour pouvoir participer jusqu'au bout au vernissage de l'expo d'Henri de Lartigue chez Frédéric Bosscher, 4 rue Dante (si vous voulez la voir, dépêchez-vous, ce sera fini demain soir)
et aussi à la visite de l'écrivain canadien Robert Charles Wilson à la librairie Millepages à Vincennes.
A défaut, j'ai dit un rapide bonjour à Hubert
http://www.hubertdelartigue.com/
puis je suis parti à Vincennes, et la discussion avec Robert Charles Wilson à propos de Spin, roman qui a obtenu le Prix Hugo en 2006, en valait la peine.
http://www.bibliosurf.com/spip.php?article4174
Je mettrai qq photos en ligne dès que je les aurai chargées sur l'ordi

jeudi 8 mars 2007

Voyage dans la Lune de Méliès (début)

Sur You Tube
http://www.youtube.com/watch?v=xbGd_240ynk

Séminaire sur l'art à l'ENS

Signalé par EJK sur le forum de Yann Minh,
Séminaire ‘Formes Symboliques’
Organisé par Jean Lassègue, Giuseppe Longo, Victor Rosenthal & Yves-Marie Visetti

Ecole Normale Supérieure
mardi 13 mars 2007

45 rue d'Ulm 75005 Paris
Nouveau bâtiment Rataud
Salle info 2, 1er sous-sol

16h à 19h
Michael Leyton
« The Structure of Paintings »

Argumentaire

This talk gives an introduction to Leyton's new book The Structure of Paintings in Springer-Verlag. In a series of 4 books, Leyton has developed new foundations for geometry in which shape is equivalent to memory storage.. A principal argument of these foundations is that artworks are maximal memory stores. At the basis of this geometry are Leyton's fundamental laws of memory storage, and these laws are shown to determine the structure of artworks. That is, the central argument is that artworks are structured so that they allow the maximal extraction of stored memory. Furthermore, the book demonstrates that the emotion expressed by an artwork is actually the memory extracted by the laws. Therefore, the laws of memory storage allow the systematic and rigorous mapping not only of the compositional structure of an artwork, but also of its emotional expression. This fundamentally opposes the view that the emotional expression of an artwork is undefinable. Leyton's methodology makes the structure and emotional content of an artwork fully definable, rich, systematic and complete. The argument is supported with detailed analyses of paintings by Picasso, Raphael, Cézanne, Gauguin, Modigliani, Ingres, De Kooning, Memling, Balthus and Holbein.

Présentation, Calendrier, Archives sur: http://formes-symboliques.org

mercredi 7 mars 2007

Une nouvelle communauté internationale

Sergio gaut vel Hartman doit consacrer au moins 2400 heures par jour à lancer de nouvelles communautés d'auteurs et d'amateurs de SF.
Globalizatsiya, la dernière née, destinée aux "sauteurs de frontières", est hébergée par Ning, un hébergeur californien, défenseur des Common licenses et du travail public.
J'y ai donc créé mon nouveau blog qui recevra des infos plus internationales qu'ici:
http://globalizatsiya.ning.com/

lundi 5 mars 2007

dimanche 4 mars 2007

Festival "Moyen-Âge et Cinéma" du 6 au 27 mars 2007

[HS] pour les scientifictionneux purs et durs
Alerte ROUGE pour les fantasymédiévalistes en général et les graalcoolomaniaques en particulier!!!
Du 6 au 27 mars prochain, le Musée du Moyen-Âge et le cinéma Lre Champo organisent un festival "Le Moyen-äge et le Cinéma", sous-titré "La Quête du Graal"
Programme détaillé sur les sites
http://www.musee-moyenage.fr
http://www.lechampo.com
Et ça commence très fort: table ronde le Mardi 6 mars à 17h avec, entre autres plus universitaires, Eric Rohmer, au sus-dit Musée du Moyen-Âge
Entrée libre sous réserve des places disponibles, il est conseillé de réserver au (33) (0)1 53737816
Je vais aller chercher au fond de sa cave une armure utilisable... ;))

samedi 3 mars 2007

Parution de Présences d'esprits N°50

Avec deux couvertures alternatives et tout plein d'articles fabuleux (dont le dossier Robert E. Howard)...
L'onnonce est ici
http://club-pde.com/forum/viewtopic.php?t=4103

vendredi 2 mars 2007

SF à Millepages

A l'attention des franciliens

--- Millepages <millepages@wanadoo.fr> a écrit :


---------------------------------
Si par une nuit frisquette d'octobre disparaissaient toutes les étoiles?

Nous en rêvions depuis des années...
le voilà !

LE JEUDI 8 MARS
A PARTIR DE 19H30

ROBERT CHARLES WILSON
( "Darwinia", "Les chronolithes"...)

sera parmi nous à l'occasion de la parution de

SPIN
prix Hugo 2006

son nouveau roman aux éditions Denoël, collection Lunes d'encre,
traduit de l'anglais par Gilles Goulet, qui nous fera l'amitié de traduire l'entretien.

Qu'on se le dise chez les amateurs de Science-Fiction.

Librairie Millepages
174 rue de Fontenay
94300 Vincennes
Tél. : 01 43 28 04 15
millepages@wanadoo.fr
www.millepages.fr

"Frota Aeronaval", plus science fiction bresiliènne